Comme beaucoup de voyageurs à long terme en Amérique du Sud on s’est posé 2 questions fondamentales une fois sur place (oui pour nous c’est fondamental mais bien sûr c’est futile !): est ce que ça vaut le coup de descendre jusqu’à Ushuaia et est ce que ça vaut le coût d’aller au Machu Picchu? Les avis des voyageurs sont bien partagés sur ces sujets, je ne vais pas vous donner la liste des pour et des contre, le plus important étant de faire ce qu’on a vraiment envie, non? N’empêche qu’au début, pour le Machu Picchu, on n’était pas très motivé car c’est vrai que c’est cher… mais les vadrouilleencombi (encore eux!) nous ont exposé un plan pour économiser un maximum (nos sous mais pas nos forces !), et puis en groupe on se sent plus fort et les choses deviennent plus faciles, enfin on croit ! Car l’idée pour faire des économies c’est de faire une partie du trajet en camping-car et l’autre… à pied! Car ce sont surtout les transports vers ce site éloigné de tout qui coûtent cher (voir ici pour les détails : Infos_pratiques_Pérou_région_de_Cusco). Car la route ne permet pas d’accéder jusqu’au Machu Picchu, ça serait trop simple ! A ses pieds le village d’Aguas Calientes n’est ravitaillé que par le train; alors en janvier après les fortes pluies qui ont causé de gros éboulements et cassé une partie des rails, quelques milliers de touristes ont dû être évacués par hélicoptère… et le village a perdu toutes ses sources de revenus pour plusieurs longues semaines… le site du Machu Picchu n’étant réouvert aux touristes que depuis le 1er avril dernier.

Donc pour notre part l’idée était ne ne pas prendre le train depuis Cusco, bien trop coûteux mais de se rapprocher au plus près du site par la route qui devient ensuite une piste assez difficile. Les locaux avaient des avis partagés quand à la possibilité de la faire avec notre camping-car mais on a tenté le coup en priant pour qu’il ne pleuve pas car alors là les choses se seraient bien compliquées ! Il faut dire que cette piste de montagne est parfois si étroite que 2 véhicules ne peuvent pas se croiser, ajoutez à ça quelques ornières de boue, des précipices vertigineux sur le côté, quelques gués assez profonds à traverser et vous avez là tous les ingrédients de l’Aventure comme on l’aime mais qui fait bien peur quand même ! surtout sans 4x4 ! bref 4h30 d’une tension éprouvante, enfin plus pour la copilote que pour le chauffeur lui même, plutôt confiant!

Route pour le Machu Picchu_12 Route pour le Machu Picchu_17 Route pour le Machu Picchu_19

Enfin nous sommes arrivés à Sta Teresa, terminus et repos bien mérité pour le Sans Souci ! Nous l’avons laissé dans un camping, tout comme Lily qui ne serait pas admise au Machu Picchu ! Puis nous avons continué à pied ! Avant, la piste allait jusqu’à Hidroelectrica mais là aussi les éboulements ont coupé route et pont qui sont actuellement en cours de reconstruction. Alors pour traverser la rivière on est obligé de prendre une tyrolienne, une petite caisse dans laquelle s’assoient tant bien que mal 3 personnes, le tout suspendu à un filin … et en avant! au-dessus de la rivière jusqu’à l’autre rive, enfin presque car la plupart du temps ce truc s’arrête au milieu et là un gars de l’autre côté tire la corde pour vous ramener !ça paraît simple et amusant mais quand on a le vertige, ça l’est beaucoup moins ! crier aide à évacuer le stress !

Machu Picchu

Une fois de l’autre côté, on marche le long de la rivière pendant 2 heures en plein soleil sans aucune ombre et ça monte ! Arrivés à Hidroelectrica ça n’est pas fini ! mais là encore c’est un choix car il y a la possibilité de prendre le train pour Aguas Calientes si l’on veut… mais on avait décidé de tout faire à pied alors on a regardé le train passer! Nous avons longé les rails pendant près de 3 heures mais à l’ombre cette fois et même de nuit pour la fin ! c’est qu’avec des enfants le rythme est souvent cassé… ils ont marché ce qu’ils pouvaient mais heureusement ils ont des papas costauds pour les porter de temps en temps! c’est vrai que c’est une longue marche mais les paysages sont très agréables à regarder!

Machu Picchu_166  Machu Picchu_170

Machu Picchu_168

Machu Picchu_06 Machu Picchu_18

Machu Picchu_17 

Autant vous dire que nous sommes arrivés bien fatigués à Aguas Calientes mais contents de nous, enfin surtout les filles, aussi sportives l’une que l’autre que nous sommes ! après une bonne douche chaude à l’hôtel (c’est un luxe que nous avons rarement !) nous nous sommes vite endormis !

Aguas Calientes (15)

Mais pas pour longtemps : réveil à 5h00 pour profiter au plus tôt du Machu Picchu! Bon là on a triché, on a pris le bus pour nous éviter 1h30 de grimpette au site, on ne voulait pas arriver déjà épuisés ! car le site est grand et l’on y passe facilement la journée à crapahuter entre les ruines ! Et quelle merveille cet endroit ! Une fois là haut on se demande comment on a pu hésiter à venir ! Il se dégage quelque chose de très particulier, de mystérieux et de difficilement descriptible, bref on est tombé sous le charme ! le charme des ruines bien sûr, qui représentent l’incroyable savoir faire des Incas et leur travail acharné et gigantesque pour réaliser cette œuvre… mais surtout le charme du décor, ce site grandiose choisi à la perfection pour cacher la cité, cette profonde vallée, ces immenses montagnes…

Machu Picchu_118

On l’avait vu maintes et maintes fois en photo et là on y est, face à lui, on y croit à peine, on ne réalise pas vraiment sur le moment ! On fait les mêmes photos que tous les touristes mais on s’en fiche, on est bien ! d’ailleurs comme la réouverture du site est encore proche et qu’il restent quelques problèmes sur la ligne de train, les touristes ne sont pas si nombreux que ça et c’est tant mieux pour nous !

Machu Picchu_121

Et alors cette montagne derrière le site qu’on voit sur toutes les cartes postales, on la connaît forcément de vue mais on ne sait pas forcément qu’elle s’appelle le Huayna Picchu (“la jeune montagne ” en quechua, à l’inverse de la “vieille montagne”: le Machu Picchu) et encore moins qu’on peut l’escalader! Et ça c’est aussi un des temps forts de la visite du site. Surtout quand la petite Lola de 5 ans réunit toutes ses forces et réussit à faire plus de la moitié de la montée et idem au retour ! ça nous a quand même pris 3 heures en tout et ce ne sont que des escaliers aux marches de hauteur irrégulière qui vous cassent bien les jambes ! c’est parfois vertigineux et glissant alors grande prudence !

bravo donc à notre puce qui a reçu les encouragements et félicitations de tous les grimpeurs qu’on a croisé ce jour là ! De là haut la récompense est immense, vue imprenable sur ce site magique! un des temps forts de notre voyage…

Machu Picchu_52 Machu Picchu_50  Machu Picchu_60 Machu Picchu_61 Machu Picchu_65

La grande renommé du Machu Picchu vient surtout du fait que cette cité n’ait jamais été trouvée par les conquistadores espagnols. Les archéologues l’ont cherché aussi pendant plusieurs siècles mais ce n’est qu’en 1911 qu’un archéologue américain (Bingham) la découvrit. Un couple d’indiens y vivait, cultivant les terrasses; les ruines étaient recouvertes de végétation. Le site demeurait invisible depuis la vallée.

Machu Picchu_33

Mais le mystère des lieux ne fut pas pour autant éclairci. On ne sait toujours pas au jour d’aujourd’hui qu’elle était sa fonction exacte. Plusieurs thèses: une forteresse, un lieu de culte au soleil, une capitale religieuse, le refuge des Vierges du Soleil, la dernière capitale inca etc.   … les avis et interprétations divergent. Tous s’accordent seulement pour dire que la construction a du commencer vers 1438 sous le 9ème empereur, l’Inca Pachacutec. Il a fallut des milliers d’hommes et de nombreuses années d’un travail intensif comme étaient capables de fournir les Incas. Ils édifièrent tous les bâtiments nécessaire à l’organisation du village: aqueducs, garnisons, greniers, cultures et tout un système d’écoulement des eaux pour évacuer les fortes pluies régulières de la région; la cité de 285 maisons pouvait accueillir 1200 personnes. Les maisons habitées par les notables étaient construites avec des pierres parfaitement taillées pour s’emboîter les unes aux autres sans mortier alors que les maisons des agriculteurs se construisaient avec des pierres taillées beaucoup plus grossièrement entre lesquelles on mettait de l’adobe (chaux + terre + paille). Aujourd’hui encore les ouvriers chargés de la rénovation du site fabriquent le mortier comme les Incas le faisaient: pieds nus, ils pétrissent la boue pendant plusieurs heures et à plusieurs reprises.

Machu Picchu_64 Machu Picchu_66Machu Picchu_75 Machu Picchu_98 Machu Picchu_96

Les murs étaient légèrement inclinés vers l’intérieur pour résister aux séismes. A noter que dans tout le pays les constructions des Incas et de certains de leurs prédécesseurs ont bien mieux résisté aux tremblements de terre que les constructions modernes y compris celles aux soi-disant normes sismiques…

Du temps de sa splendeur entre 1438 et 1532, l’empire inca s’étendait sur un immense territoire couvrant de nombreux pays d’aujourd’hui : une partie du nord Chili, Pérou, Bolivie, Equateur et une grande partie de la Colombie. Hormis un apport exceptionnel en architecture, les Incas n’ont pas réellement été très créatifs, en fait ils ont surtout su assimiler et développer les connaissances, savoir-faire et techniques des autres peuples qu’ils conquéraient… Pour faire fonctionner leur empire ils ont agrandi de plus de 10000 km le réseau routier déjà existant ! et pour une unité parfaite ils imposèrent une langue unique, le quechua, parlé aujourd’hui par 10 millions d’indigènes…

Machu Picchu_108 Machu Picchu_72